La Tour de Guet

Espace associatif >> Son Histoire >> La tour de guet | Le chai primitif | Les deux chais |
La maison de maître | Les écuries | Le parc

Photo_tour_ext+®rieurL’implantation d’une commanderie de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Nébian, remonterait à la première moitié du 12ème siècle. Ainsi disposée, cette nouvelle maison hospitalière contrôle un axe commercial d’importance reliant le Larzac à la plaine languedocienne. Peu préparée pour la guerre, elle ne devait être qu’une procure, chargée d’entretenir le patrimoine dont les revenus allaient aux religieux d’Orient. Ces revenus proviennent notamment de la récolte des olives et des légumes ainsi que des produits issus du moulin de Roucairol, sur la Dourbie (céréales et draps).

Communauté peu nombreuse, cet hospice devait accueillir des chevaliers invalides ramenés d’Orient et envoyés en retraite.

En 1219, les hospitaliers achètent à Guilhelme, veuve de Pierre Raimond de Fontès, et à sa fille Englésia la terre du Puech Auger moyennant 20 sols melgoriens.

Il est fait mention dès 1234 de l’existence d’une tour quadrangulaire sur cette colline.

La_Tour_08Cet édifice présente une grande similitude avec sa grande sœur, la Tour du Viala du Pas de Jau sur le Larzac. En effet, il s’agit également d’une « tour-grenier » ou « tour-silo » dont l’étage le plus haut, situé juste en-dessous de la plateforme d’observation (guet) abritait les céréales et les protégeait des brigands.

Démunie de ses corbeaux et bien évidemment de ses créneaux et mâchicoulis, coiffée d’un toit pentu couvert de tuiles, flanquée de trois bâtiments importants, percée de deux fenêtres 17ème, la tour du Puech Augé a perdu le caractère imposant et défensif qu’elle arborait au Moyen-âge.

Espace associatif >> Son Histoire >> La tour de guet | Le chai primitif | Les deux chais |
La maison de maître | Les écuries | Le parc